Index de l'article

Histoire de Saint Vincent de Paul à Sevran

 

L'abbé Lebeuf signale la mention de ROUGEMONT dans un cartulaire de l'abbaye de Livry au XIII° siècle : l'abbaye de Livry acheta à Philippe de Fontenay, chevalier, 5 arpents de terre labourables proche le bois de Rougemont.

En 1632, Adrien Le Bon, prieur de Saint-Lazare à Paris, avait la jouissance  viagère de la ferme de Rougemont à Sevran avec ses labours et ses bois.

Sevran vers 1780

Saint Vincent de Paul, fondateur des Prêtres de la Mission et des Filles de la Charité, doit former des missionnaires dont l'objet est d'assurer l'assistance aux plus démunis. Dès 1625, 45.000 livres furent données à la Congrégation par les Gondi, somme considérable qui permettait à Vincent de Paul d'investir dans l'immobilier afin d'assurer un revenu aux religieux.

L'union du prieuré Saint-Lazare (avec ses bâtiments et son patrimoine) à la Congrégation va assurer à Vincent de Paul des revenus conséquents et lui permettre d'avoir une politique foncière. Cette union lui permet de disposer entre autres, de deux fermes, chacune d'une centaine d'arpents, à Gonesse et au Bourget.
 

 

(Vincent de Paul le 1 mars 1652)

Pour nouvelles, tout est ici à l’ordinaire. Notre pauvreté augmente avec les misères publiques. Les troubles qui les causent nous ont ôté tout d’un coup 22 ou 23 mille livres de rente ; car, outre la privation des aides, les coches ne vont plus. Une des choses qui nous pourra aider pour avoir du pain l’année prochaine est la ferme de Rougemont, que nous faisons par nos mains, avec celle d’Orsigny, si Dieu les garantit de dégât et de pillage et que les fruits répondent aux belles apparences. La main de Dieu est toujours ouverte pour ceux qui la réclament, et abondante à ceux qui n’espèrent qu’en sa bonté.